AVANT DERNIÈRE SAVANE - 2015

by MISIACZEK

/
  • Streaming + Download

    Purchasable with gift card

     

1.
ABAKOU 02:01
Il est de ces choses, des ces phénomènes, si extraordinairement bouleversants, qu’ils demeurent à jamais intactes, insaisissables et vierges. Toisant l’approche, la vaine entreprise descriptive, la capture et la domestication. Pourtant, des images rares nous parviennent comme balayées au seuil d’une nouvelle civilisation. Elles achoppent aux contreforts irisés d’un continent du sens inconnu. Concentrique et rémanente, la cosmologie complexe de ce continent rugueux, est encore à l’heure où je parle le grand désespoir de tous les explorateurs et scientifiques, se risquant à croire qu’ils parviendraient à mettre à jour l’essence de ce phénomène. Les diverses peuplades grégaires qui l’occupent, entretiennent à leur insu une machinerie perverse et cannibale dans l’épaisseur poisseuse du champ des réalités. Cette machinerie organique, gigantesque pancréas bordé de palmiers et d’agaves venimeuses, se développe par bourgeonnements, par surchauffes répétées infiniment en ondes longues, agglomérant les cendres de sa propre flambée. Ce « tout en viande » ventre faisant ventre de tout et de lui-même compris, opère par hystérie gourmande, par hyper-boulimie venant enfler les fractalités élémentaires et primodiales, en fusion orgasmiques. Ces vrombissantes dilatations post-modernes ne rassasient nullement cette insatiable voracité.
2.
Dans le carrelage du PMU Dégorgent des galaxies profondes Des hydravions tout droit venus Des îles vierges vagabondes Dans le carrelage du PMU Dérive des horreurs boréales Fouettant un paradis joufflu Aux feuilles d’acanthes tropicales Refrain : Bada bada boum boum Je vois le ciel et à l’envers Bada bada boum boum Ce truc qui ressemble à la mer Dans le carrelage du PMU Galope un tout petit poulain Bestiole à bride et abattue Dans la brume au petit matin Dans le carrelage du PMU On trafique du télescope On affûte de la longue-vue En attendant (boum boum) les antilopes Dans le carrelage du PMU Divaguent les cétoines béates Coiffées de coroles cossues Et d’étamines délicates Dans le carrelage du PMU Dégorgent des galaxies profondes Des hydravions tout droit venus Des îles vierges vagabondes
3.
Caché dans le yucca je bricole des torpilles Scalpel et sparadrap et de fil en aiguille J’attaque par la face nord ce régime de bananes Je chope au fond d’la boîte l’avant dernière savane J’attire les fourmis rouges mais je sais que c’est bête De déterrer comme ça les hachoirs dans les têtes Que les yeux clos s’enflamment comme des allumettes Et que les lèvres tranchent le reste à la machette Caché dans le yucca je bricole des torpilles Retranché et sous vide je triche et me maquille En Alfredo le clown aux farces d’olibrius J’ai des stocks de gaufrettes derrière le papyrus Une ceinture d’explosif napalm et un tuba J’l’échange contre un double d’un selfie d’Sainte Rita Et si vous n’revenez pas me la livrer dans l’heure Je vous promets la foudre et 107 ans d’malheurs Caché dans le yucca je bricole des torpilles C’est qui qu’on ne voit pas et c’est qui qui déquille ? Je creuse un souterrain agrippant des sandows J’arrive dans la baignoire mais sous les staccatos J’arrose je dégomme J’irradie je sulfate Phasmes et bigarreaux épargnant le calfat Je trouve une fausse moustache je m’la colle dessus Mais y’a quelqu’un qui dit qu’ça r’ssemble à Vassiliu
4.
G TOU 03:00
G TOU G TOU G TOU j'étouffe JET TOU JET TOU JET TOU jette toutes tes touffes
5.
Départ de votre région en autocar pour votre aéroport de départ. Assistance aux formalités d'enregistrement et vol régulier pour… Repas et collation à bord de… A l'arrivée, accueil par notre… et transfert à l'hôtel de… Repas libre. Nuit. Visite de… puis tour du… et découverte de… et visite du… le long des… bordées de… Déjeuner à… Puis, direction le… direction la… en admirant le… en admirant la… et enfin… ses… authentiques… Fin d'après-midi, libre… Dîner. Nuit. Le matin, passage à proximité de la… et visite du… où des millions de… firent leur première… Déjeuner… Départ vers… qui offre des… et des… typiques. Dîner. Nuit. Ascension de la… au… à… au au à ! au au à ! Oh oh ah... Oh oh ah... (Cris de bêtes) Dîner. Nuit. Le lendemain formalités d'enregistrement et envol pour… Petit déjeuner à… et arrivée à… Débarquement ou continuation vers votre aéroport de départ. Puis retour en autocar dans votre ville de départ.
6.
Le ventre à l’air au Grand Travers les mouettes se font faire et refaire des tatouages de merde des transferts de symboles chinois ou bien d’étoiles de mer Le ventre à l’air au Grand Travers Les châteaux forts fondent à l’eau meurtrière Le ventre à l’air au Grand Travers J’attends le crash d’un message publicitaire Le ventre à l’air au Grand Travers Tu cherches l'été et moi l’Éther Le ventre à l’air au Grand Travers Les bonites qu’on ferre se laissent toujours plus ou moins faire des piercings de merde des bouts de fer Pour cuire à feu doux à la crème solaire Le ventre à l’air au Grand Travers Le soir venu les sirènes réservent leurs chambres à air Le ventre à l’air au Grand Travers Jusqu’à l’aurore crépusculaire Le ventre à l’air au Grand Travers Tu cherches l'été et moi l’Éther
7.
Je suis le rossignol Je suis le canard souchet Craché dans les rayons par un haut parleur détraqué Je suis le gai pinson Je suis le roit’let huppé Je plume mes semblables Pour me faire empailler Je suis le canari Je suis la perruche ondulée Je glisse dans les boulons Dans les écrous les vis cachée Je suis Françoise Hardy Je suis la fille de Pierre Bach’let Entre les dents et le sourire Du plombier polonais Je suis l’pouillot véloce Je suis le faisan doré Chassé au gluau par Une radio à crochets Je suis le vautour fauve Je suis le pingouin mazouté Condamné au succès par la fée électricité Je suis l’drongo brillant Je suis le courlis cendré Crypto chanteur à la croix d’bois mon perchoir ma piété Je suis le gobe-mouche L’infatigable perroquet De ma cage je ne veux Surtout jamais m’échapper
8.
ALINE 04:26
Est-ce que t’as pris la pluie Est-ce que t’as pris la plage Est-ce que t’as pris la nuit Sur ton doux visage Aline, j’t’attends dans la cabine, Aline Au passage fais-moi signe Est-ce que t’as pris la bière Est-ce que t’as pris l’orage Faut qu’on s’arrache de terre Nos tuteurs ont la rage Est-ce que t’as pris les piles Est-ce que t’as pris la foudre Faut passer au crosskill Nos friches pour en découdre Est-ce que t’as pris les Stooges Est-ce que t’as pris les Cramps Et les Dead Kennedys On part en tartan pants J’ai r’trouvé la fréquence De la radio pirate Y’a plus d’interférence Sur la nationale 4 Ok j’vais dessiner Des lézards attendant Sur la vitre embuée Notre cirque ambulant Avec ses confettis Son cafard transformiste Sa dompteuse de fourmis Et ses clowns activistes
9.
Don't cry my baby don't cry all the while don't cry my baby just give me a smile seen my daddy die in the war seen my mamma die cryin' for Ring-a a-ring-a but I've got to sing a-ring-a a-ring-a but I've got to sing They call me a hounddog they call me a swine it's all because of my color for their war though I'm fine They're talkin' 'bout freedom of religion and race but if you're a negro they slap you in the face So what's the use fightin' for that sacred democracy when DSK murd'rers are going scot-free But I'm still happy so don't cry, my babe together we'll strife for bein' free people some day
10.
TOI LA PAYSANE DE TES MORTS JALOUSE DE TES OS JE PRI DEVAN DIEU POUR KI TATRAPE UN CANCER DES POUMON SALE ENFANT DE PUTAIN SI TA KETCHOZE A DIRE DI LE NOU EN FACE GROSSE PUTE CES VOUS LES SALE PAYSANT DE VOS MORTS LES MANGE MERDE ET TA GRAND MER LA CRASSEUSE SE FAI PETER LE CON PAR NOS COUSIN VOU AVER TRACH DE NOUS BANDE DE SALE PAYSANT RASCISTE DE MORT CÉ VOU KI NOU DONNE ENVIE DE VOMIR DÉ KE JE VOI VO SALE GEULE JE JURE SUR MA POVRE GRAND MERE KI M’VIEN UNE ENVI DE CRINIAVE CÉ PA NOU LES ANIMO CÉ VOU VOU VOU BOYAVER ENTRE FRER ET SŒUR ALOR SI TA KETCHOZE LA RACLI DE TES MORT TA KA MANGER MA MERDE SALE POITRINAIRE DE TA GRAND MERE POITRINAIRE DE TES MORTS JTE PENDRAI JE JURE DEVAN DIEU ALOR AVAN DE PARLER SALE CROKMORT DE TES OS TU PREN TES MORT TU LES DETERRE PI TU LES MANGE EN PTITE CUILLERE PAYSANE DE TES MORT CANCERREUSE DES POUMON
11.
Le public américain s’intéresse maintenant vraiment à ce qu’il mange. Tandis que nous mangeons moins parce que nous sommes au régime, chaque bouchée de nourriture, chaque bouchée doit être délicieuse, différente et éveiller notre intérêt. À ces fins, le coût n’est généralement pas ce qui compte. Trouver des aliments intéressants et, peut-être, servir des repas plus nouveaux qu’une autre maîtresse de maison, est devenu la grande passion des Américains. Les cuisines de tous pays et les aliments importés du monde entier nous sont devenus très familiers. De nos jours, toute grande ville offre des comptoirs de sushi japonais, des restaurants éthiopiens, thaïlandais, … De plus il nous est désormais possible de nous procurer presque partout plus d’aliments divers et exotiques, importés ou non. Les rayons de notre marchand de vins sont remplis de produits d’importation tels que le vinaigre balsamique et la moutarde Pommery ; il y a au moins une centaine de vins français vendus au détail entre trois dollars et cent dollars (ce dernier prix pour un château Lafite mille-neuf-cent-soixante-dix). En outre, si on ne trouve pas ce qu’on veut localement, on peut toujours le commander sur catalogue. J’ai moi-même reçu à Noël une douzaine de catalogues de produits fins alimentaires, sans faire mention de ceux des marchands de vins. J’ai commandé du pudding de Noël, du lard canadien et des abricots secs. Tout est arrivé sans délai et je n’ai pas perdu de temps. Ce qui est plus important encore, c’est que les commandes sur catalogue et la publicité traditionnelle renseignent les Américains sur toutes sortes de nouveaux produits alimentaires…
12.
Je t’écris ces lignes claires Depuis un endroit super J’n’ai pas fais la route pour rien Sous la pluie le temps de chien Ici tout va de travers C’est l’endroit ou c’est l’envers On se déplient les matins Sous un ciel sibyllin Je t’écris ces lignes claires Depuis cet endroit super Je n’sais plus comme on y vient Mais je sais comme on s’y perd Depuis peu les choses sont claires : C’est peu profond l’univers Inutile d’aller plus loin Pour en faire tout ce tsouin-tsouin
13.
Dans cette ville les chats sont laids Les chiens aussi mais on le sait Les chats font des chiens très mal fait Les chiens croient qu’les chats font exprès Exprès d’être des chats très laids Pour faire des chiens encore plus laids Dans cette ville les chats sont laids Les chiens aussi mais on le sait Chats sont laids sont laids sait laids Chats sont laids sont laids sait laids Chats sont laids sont laids sait laids
14.
C’est un joli dimanche au parc d’attractions Les enfants gras renversent leur pop corn Oh Bébé regarde Y’a des drapeaux des ballons Qui claquent dans le vent par milliers par millions C’est un joli dimanche au parc d’attractions Les enfants gras ricanent et on leur fait coucou Oh Bébé regarde Y’a des drapeaux des ballons La nuit nous a suffit pour saboter la grand’roue C’est un joli dimanche au parc d’attractions Les enfants gras ricanent à se tordre le cou Oh Bébé regarde les nacelles à réaction Les enfants gras s’envolent et décrochent la grand’roue C’est un joli dimanche au parc d’attractions Les enfants gras s’éloignent à bord de la grand’roue Elle roule sur les stands elle roule sur les camions Les enfants gras s’éloignent et on leur fait… coucou! C’est un joli dimanche et la télévision Nous file des esquimaux pour faire ses interviews On lui dit qu’on a vu des enfants comme des cochons Qui voulaient retourner dans leur île et c’est tout !
15.
Descends du camping-car sauvage la mer est grise Viens voir tous les mutants le soir Qui se frottent au pare-brise Des restes de héros Broyés dans l’entrelacs Des tripes de chameaux Qui singent l’anacondas Remets ton dos de plume Et faisons quelques pas Ce soir la lune fume et… blanchit la pampa Descends du camping-car sauvage quand la lagune S’écorche aux accoudoirs elle fait Des mèches dans les dunes Méduses estomaquées Les vieux poulpes racolent Louchador est libre Tacos et guacamole Descends du camping-car sauvage les flamands rasent Gratis dans la bagarre de leurs Griffes bleues-turquoises Viens voir sous l’autoroute Vénus en survêtement Trainant un goûte à goûte et dire Qu’elle soigne son entregent Descends du camping-car sauvage les vieux cowboys cobayes d’équateur « Cuys-queer » dans le monoï Viens voir sous l’halogène leurs corps gras s’engourdir cadavres de phalènes expirant de plaisir Descends du camping-car sauvage cartomancienne à la lueur des phares prédit son antienne Regarde où le Crystal Propulse les Amours Au marécage fatal Croisant la chasse à courre Boa Cobra Ténia Yoga (Choeurs)

about

LIVRET TEXTES (ouvrir dans un nouvel onglet):
www.calameo.com/read/00030233391704f2eadfe?authid=RSEtPuyO0JVQ

credits

released March 15, 2015

license

Some rights reserved. Please refer to individual track pages for license info.

tags

about

MISIACZEK France

"Je suis timide je suis nouveau c’est sûr je ne viens pas d’ici Je rame j’ai peur et je transpire tout seul dans ma catégorie"

contact / help

Contact MISIACZEK

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like MISIACZEK, you may also like: